LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Questions sur le développement aujourd’hui > Thaïlande

"Les élections du 3 juillet en Thaïlande - Un évènement qui n'est pas anodin"

par Jaran Ditapichai

Jaran Ditapichai, membre du Réseau international Développement et Civilisations, ancien commissaire thaïlandais pour les droits de l’homme, nous envoie ses commentaires sur les résultats des élections qui se sont tenues le 3 juillet en Thaïlande.

Jaran Ditapichai, member of the "Development and Civilisations" Network, former Thai commissioner for the Human Rights, sent us his comments on the July 3 election results in Thailande.

4 juillet 2011 : The Results of July 3rd Election - A victory for Thai Democracy

Voir aussi ses articles précédents :
See also his previously written articles :

2 juin 2011 : July 3rd Election in Thailand is Extraordinary
4 juin 2011 : Les élections du 3 juillet en Thaïlande - Un évènement qui n’est pas anodin


Le 3 juillet prochain, la Thaïlande va à nouveau s’exprimer par le suffrage universel. Apparemment, ceci n’est qu’un épisode conforme à la vie politique dans tout système démocratique. Mais pour les observateurs qui ont suivi les évènements politiques en Thaïlande depuis quelques années, ces élections ne seront pas ordinaires. Elles comportent deux caractéristiques extraordinaires.

Premièrement, ces élections interviennent après la répression du gouvernement Abhisit Vejjajiva du parti Démocrate contre le Front National pour la Démocratie contre la Dictature ou « Chemises Rouges », lorsque ces derniers se sont rassemblés pour réclamer la dissolution du Parlement et la restitution du pouvoir au peuple. Cette répression a eu comme conséquences, entre autres, 92 morts, plus de 2000 blessés et près de 400 arrestations à travers le pays. La course aux voix, cette fois-ci, est donc un combat entre le Parti Démocratique dont les mains sont tachées de sang et le Parti Pheu Thaï, allié des Chemises Rouges.

Deuxièmement, on constate un nouveau phénomène jamais encore survenu dans l’espace politique en Thaïlande. Le Parti Pheu Thaï a décidé de présenter Mademoiselle Yingluck SHINNAWATRA comme candidate en tête de liste, laquelle tête de liste, on le sait, sera le premier ministre de Thaïlande. La campagne de ces dernières semaines révèle la popularité de Yingluck. Les résultats de plusieurs sondages donnent le Parti Pheu Thaï et Yingluck gagnants, laissant Abhisit loin derrière. La tendance en faveur d’une femme premier ministre en Thaïlande est certaine. Ces élections écriront une nouvelle page de l’histoire, tout à fait dans le sens du 21e siècle, ère où la femme est leader politique. L’Allemagne, les Philippines, le Chili, l’Argentine, le Brésil, etc… sont pour nous des exemples.

Cependant, les observateurs, thaïs et étrangers, sont dans l’attente de voir comment les élections du 3 juillet 2011 pourront dénouer la crise politique majeure qui dure depuis 5 ans, crise due aux conflits et aux luttes entre les fidèles du système bureaucratique symbolisé par la couleur jaune et les démocrates rouges.

La lutte est toujours d’actualité sur tous les fronts : politique, social et économique.

Ainsi demandons-nous à la communauté internationale de porter toute son attention sur les élections en Thaïlande afin de soutenir et promouvoir un scrutin libre et équitable, afin que ses dirigeants respectent la décision du peuple en acceptant les résultats des urnes et la formation du gouvernement par la majorité. Des élections au suffrage universel libres et équitables, rendront la Thaïlande plus démocratique. Elles contribueront aussi à renforcer la démocratie dans le monde et présenteront aussi un atout pour l’économie mondiale.

Jaran Ditapichai
Ancien Comité National des droits de l’homme de Thaïlande


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits