LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Documents > Qui sommes-nous

Remplacer le mot « homme » par le mot « personne »

Boutros Labaki (Liban)

JPEG Professeur d’économie du développement à l’Université Saint Joseph de Beyrouth et secrétaire général de l’Institut libanais de développement économique et social (ILDES).
Au Centre Lebret-Irfed, il assume le poste de vice-président pour le Moyen-Orient et le Monde arabe.


Que retenez-vous aujourd’hui de l’enseignement du père Lebret ?
En quoi cela est pertinent dans votre action ?

La formule « Développement pour tout l’homme et pour tous les hommes » reste d’actualité à condition de remplacer le mot homme par le mot « personne ».

Car cela signifie, dans la première partie « Développement pour tout l’homme », le développement humain dans toutes ses dimensions : économique (croissance et changement structurel), social (changement social dans un sens égalitaire et modernisateur), droits politiques (démocratie participative à tous les niveaux : local, régional, national, mondial,…), au niveau des croyances et des philosophies (liberté de croyance et de non croyance), juridique (promotion de l’Etat de droit, et des droits humains), culturel (promotion des cultures locales et nationales, ouverture aux autres cultures).

Dans la seconde partie, « développement pour toutes les personnes », cela veut dire lutte contre l’exclusion économique, sociale, politique, culturelle, religieuse, et la participation de tous ou processus de développement aux niveaux local, sectoriel, national, régional et international.

Cela est pertinent dans notre action, car cela a orienté ma vie professionnelle : d’ingénieur civil, à celle d’acteur de développement au niveau étatique au Liban (ministère du Plan, Conseil du développement et de reconstruction, enseignant et chercheur universitaire dans le domaine du développement) et mon engagement social et politique dans la lutte pour la justice sociale, l’égalité des citoyens, le développement équilibré et la paix civile.

Si vous deviez vous définir comme un héritier de Lebret que diriez-vous ?

Je n’ai pas la prétention de me définir comme un « héritier » de Lebret. Mais j’ai commencé ma carrière professionnelle au ministère du Plan au Liban, que Lebret a radicalement renouvelé et développé. Les études de l’IRFED sur le Liban dirigées par Lebret (au début des années 60) ont beaucoup influencé mes engagements cités dans la réponse à la question précédente.

En quoi votre action change-t-elle les réalités sur le terrain ?

Au niveau professionnel, mon action au sein du Conseil du développement et de la reconstruction du Liban entre 1990 et 2000 a contribué à la reconstruction de l’infrastructure libanaise après les 15 années de guerre 1975-1990.

Au niveau de l’ONG ILDES (Institut libanais de développement économique et social) notre action a contribué au retour des déplacés de guerre chez eux, d’améliorer les conditions de logement, de stimuler l’activité économique dans des régions rurales dépourvues du Liban, de promouvoir l’emploi de Libanais, de freiner l’émigration et de promouvoir le dialogue intercommunautaire pour le développement.

Mon action dans les mouvements étudiants chrétiens et laïcs et les mouvements politiques ont été dans le même sens : justice sociale, égalité, dialogue intercommunautaire et national, promotion de la paix civile, etc.

En quoi les partenaires du réseau sont importants pour vous ?
Qu’aimeriez-vous faire ensemble ?

Les partenaires du réseau sont importants parce que nous partageons les mêmes valeurs et nous faisons connaître nos expériences à travers les publications du réseau et ses rencontres et débats sur des thèmes d’intérêt commun pour notre action.

J’aimerai intensifier nos rencontres dans les pays du Sud et du Nord car elles sont une source d’enrichissement.

Lebret aujourd’hui, en une formule, c’est quoi ?

C’est un militant, chrétien, humaniste et un homme de science et d’action qui a compris les défis de notre époque avant d’autres (20 à 30 ans avant les organismes de l’ONU…) et essayé d’y faire face.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits