LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Questions sur le développement aujourd’hui > Populorum Progressio

Sélection de textes : Populorum Progressio et le développement

Une interpellation pour la solidarité internationale aujourd’hui ?

Accéder à la liste des textes de référence.

JPEG

Le 26 Mars 1967, le jour de Pâques, le Pape Paul VI signe l’encyclique Populorum Progressio où il lance « un appel solennel à une action concertée pour le développement intégral de l’homme et le développement solidaire de l’humanité » exhortant à « construire un monde où tout homme […] puisse vivre une vie pleinement humaine…, où la liberté ne soit pas un vain mot…, où tous les peuples puissent devenir eux-mêmes les artisans de leur destin ».

Ce texte, dont le Père Lebret avait été le principal rédacteur, fut considéré alors comme une véritable charte de la solidarité internationale et eut une portée de mobilisation qui dépassa le monde de l’Église. Est-il encore aujourd’hui une interpellation, alors qu’il fut rédigé il y a quarante ans, dans un contexte international en bien des points différents d’aujourd’hui ?

Il se situait en effet dans la période juste après la décolonisation et alors que la tension entre les blocs Est et Ouest régissait les relations internationales, pour ne prendre que deux aspects essentiels.

Mais ce texte aborde les grandes questions du développement qui, malgré les évolutions, interrogent encore aujourd’hui et incitent, comme nous y invite le centre Développement et Civilisations – Lebret-Irfed, à actualiser ses messages pour « le développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes ».

Pour inviter au débat, nous ne citerons que quelques traits :

« La question sociale est devenue mondiale »

Ce thème, annoncé dès l’introduction, entrevoit les interdépendances entre les développements économiques et sociaux à l’échelle du monde. Est-ce la « mondialisation » purement économique et commerciale que nous voyons se développer aujourd’hui ou est-ce que cela suppose des échanges « gagnant-gagnant » qui restent encore à bâtir ?

« Le développement doit être intégral c’est-à-dire promouvoir tout homme et tout l’homme… Il est le passage, pour chacun et pour tous de conditions moins humaines à des conditions plus humaines »

Cet enjeu, qui intègre un développement multidimensionnel - économique, social, culturel et spirituel - transcende les objectifs de la communauté internationale affichés depuis plusieurs décennies. Ceux ci sont centrés sur la croissance économique (la croissance entraîne-t-elle automatiquement le développement ?), avec, comme première ambition une intégration forcée dans le système mondial, sans se soucier de l’inégalité des termes des échanges, alors que l’encyclique dit : « la liberté des échanges n’est équitable que soumise aux exigences de la justice sociale ». Le débat sur l’OMC avec, au centre le protectionnisme sur les produits agricoles, n’intègre-t-il pas ces réflexions ?

Le libéralisme qui « repose sur le profit comme motif essentiel du progrès économique, la concurrence comme loi suprême de l’économie, la propriété privée des moyens de production comme un droit absolu » conduit à « l’impérialisme international de l’argent »

Ce mécanisme est largement dénoncé dans ses outrances. Qu’en penser aujourd’hui alors que les mouvements financiers spéculatifs dépassent, et de loin, la valeur de l’économie réelle, et pèsent lourdement sur les marchés des matières premières produites par les pays du sud ? Que dire, alors qu’aujourd’hui les capacités d’investissement des fonds financiers des pays du nord conditionnent principalement, sans discernement, le développement économique des pays émergents ?

« Le développement est le nouveau nom de la paix »

Il s’agit de la paix entre les nations, mais aussi entre les peuples. Pour cela il est recommandé la mise en place « d’un ordre juridique universellement reconnu » et d’une autorité mondiale en mesure d’agir efficacement sur le plan juridique et politique ».Que penser aujourd’hui du rôle des organisations internationales, du droit d’ingérence aux interventions ONUsiennnes. Comment comprendre les conflits qui ont déchiré ces dernières décennies et déchirent encore l’Europe orientale et l’Afrique ? Quelles relations avec les politiques de développement économique. Paix et développement, ces deux facteurs ne sont ils pas en même temps une condition de l’autre ?

Il y a bien d’autres messages dans cette encyclique. Ceux-ci n’ont été cités que pour nous provoquer à une lecture dans l’actualité de ce texte. Il s’agit non seulement de mesurer ce qu’a représenté le texte de Populorum Progressio, mais aussi de voir comment il nous interpelle, face un monde qui bouge, pour fonder les voies et moyens d’un véritable développement équitable et durable.

Pour aider à la réflexion nous avons rassemblé différents textes récents, dont certains émanent d’un cycle de rencontres qu’organise le centre Développement et Civilisations – Lebret-Irfed, qui resituent l’encyclique et sa portée. Nous vous invitons ainsi à poursuivre avec nous cette réflexion « pour un monde plus juste et plus humain ».

Claude Baehrel
Paris, le 30 mars 2007

Textes de référérence :

  • Articles de Développement et Civilisations

- En relisant Populorum Progressio 10 ans après, Vincent Cosmao, Foi et développement, n°45, mars 1977

- Populorum Progressio 20 ans après, Vincent Cosmao, Foi et développement, n°146, janvier 1987

- Populorum Progressio 30 ans après, Vincent Cosmao, Foi et développement, n°250/251, février/mars 1997. (Une partie de l’article est accessible sur le site de Sedos)

  • Articles de réflexion

- Populorum Progressio : quelle actualité ?, Ignace Berten, Entraide et fraternité, Justice et paix

- Populorum Progressio : interpellation et orientations pour l’Eglise contemporaine, Peter J. Henriot, in La parole de l’Eglise sur la justice sociale de nos jours, forum de la CIDSE, 11-12 janvier 2006, P.22

- Populorum Progressio, 40 ans après, Michel Rougé, revue Projet, N°296, janvier 2007

- Le développement, d’hier à aujourd’hui, Jean-Yves Calvez, revue Projet, N°296, janvier 2007

  • Témoignage

- Y a-t-il un pont entre J.Y.Calvez et A.Even ? Ou plutôt entre le développement de la Bretagne et Populorum Progressio ? (St Jacut – journée du 19/11/06).

  • Sitographie

- Entraide et fraternité, Populorum Progressio : 40 ans après.

- CCFD, Populorum Progressio : 40ème anniversaire de l’encyclique.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits