LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Documents

Spiritu Makas

Une co-publication
Les Cahiers de Développement et Civilisations, N° 3,
Timor Informations, N° 102,
Paris, 2009, 36 p.

Prix : 10 € ou 15 CHF ou 15 US$ (port non compris). Nous contacter

Ce Cahier met en avant quelques messages-clés concernant les dynamiques de développement local, en présentant l’expérience particulière d’un centre de développement communautaire au Timor oriental, à l’occasion d’un temps fort de son parcours : la réalisation, en décembre 2007, d’un atelier appelé Vision et Mission. Ce centre, le CDC, a en effet souhaité faire le bilan de ses quatre années d’existence formelle et programmer son avenir.


JPEG

Spiritu Makas

une expérience de développement communautaire au Timor Leste

Présentation

Ce Cahier met en avant quelques messages-clés concernant les dynamiques de développement local, en présentant l’expérience particulière d’un centre de développement communautaire au Timor oriental, à l’occasion d’un temps fort de son parcours : la réalisation, en décembre 2007, d’un atelier appelé Vision et Mission. Ce centre, le CDC, a en effet souhaité faire le bilan de ses quatre années d’existence formelle et programmer son avenir.
A l’heure où se met en place la décentralisation, il lui faut aussi repenser son rôle, face aux nombreux défis se posent aux organisations de la société civile.

Ce Cahier est également le bilan d’une expérience de plus de 25 ans de solidarité avec le peuple timorais.

Enfin, un chapitre, assorti d’une bibliographie très complète, rappelle les enjeux historiques et géopolitiques particuliers à ce petit pays, qui n’a conquis son indépendance que depuis 2001.


Le Centre de développement communautaire n’aurait pu voir le jour et ne pourrait se consolider sans l’appui dans la durée que les organisations suivantes ont apporté et continuent d’apporter à cette dynamique locale de développement :
  • Misereor (Allemagne)
  • CCFD (France)
  • MCI et FGC (Suisse)

Messages forts

Regards croisés sur une expérience de développement communautaire :
quelques messages forts

  • Faire connaître les situations d’oppression et maintenir les liens avec les populations privées de liberté peuvent préparer à l’autonomie et au développement futur.
  • Les crédits extérieurs sont indispensables au développement de pays maintenus dans l’isolement mais les organisations internationales doivent s’abstenir de toute compétition, y compris dans la réponse aux premières urgences.
  • La création d’une ONG (ou association) locale doit impliquer toutes les personnes qui sont déterminées à faire avancer le développement de leur environnement.
  • Les acteurs locaux se forment dans l’action. Ils ont besoin également de se confronter avec des acteurs d’autres régions, d’autres pays ou d’autres continents pour renforcer leur propre détermination et prendre conscience qu’ils sont des acteurs du développement.
  • Les ateliers organisés, permettent de « s’exposer », de prendre la parole en public, de présenter des réalisations. Ils sont ainsi des étapes de reconnaissance et de mise en œuvre d’un développement intégré.
  • Les acteurs locaux formés par l’action, la confrontation et la réflexion sur leur pratique peuvent à leur tour devenir des formateurs par le partage des savoirs issus de l’expérience. La démarche de développement participatif exige d’associer le plus grand nombre pour un impact significatif à l’échelle d’une ville, d’une région, d’un pays…
  • Les associations et ONG locales, quand elles identifient leurs préoccupations et leurs attentes, apportent une contribution à l’administration nationale pour un juste transfert des compétences et crédits vers le niveau régional et local
  • Un des critères de réussite d’une démarche de développement local intégré, c’est quand les populations peuvent dire « nous l’avons fait nous-mêmes ». Pour cela une « démarche-projet » ne suffit pas. Il faut que les populations y participent : si tout le monde s’y met, un autre monde est possible.
  • Les partenaires financiers d’une ONG locale contribuent à la reconnaissance de ses initiateurs et participants. Ils sont co-partenaires du développement mis en œuvre et peuvent éventuellement pallier le manque de reconnaissance et de soutien des autorités locales.
  • Leur soutien doit s’inscrire dans la longue durée et accompagner les initiatives locales en veillant à ne pas les étouffer par un cadre logique qui reflète les priorités des donateurs. Ils doivent aussi respecter le droit à essayer, à se tromper, à changer d’objectifs…
  • La formation (analyse, réflexion sur les attentes et les pratiques…) prépare l’avenir en dépassant le court terme, quand on l’intègre dans la première étape de réponse nécessaire aux besoins immédiats. Cela permet ainsi aux populations de comprendre le développement dans toutes ses dimensions : économiques, sociales, culturelles, politiques, spirituelles…

Sommaire

Avant-propos de Martinho G. da Silva Gusmão

Introduction

Regards croisés sur une expérience de développement communautaire : quelques messages forts

De 1976 à 2007 : de la solidarité avec une cause oubliée à la construction d’un Centre de développement communautaire, par René Barreau, Jean-Bernard Berger et Sergio Regazzoni

Aux origines de Timor Leste, par Marie Redon

Histoire d’un projet de développement au Timor, par Olivier langoisseux

Le Centre de développement communautaire valorisé à l’exposition nationale 2008, par João Pinto et Simão da Costa

Contributions personnelles de la délégation internationale

  • Activer les potentiels et les relations
    Josef Pampalk, Autriche
  • « À tous les hommes et femmes qui, dans des langues et sur des routes différentes, croient en un futur plus humain et luttent pour l’atteindre aujourd’hui »
    Samy Lourthusamy, Inde
  • Affirmer une identité commune
    Selim Benaissa, Suisse

Conclusions de l’atelier Vision et Mission, par Marlyse Thommen

Annexes

  • Bibliographie (établie par Marie Redon)
  • Index des sigles utilisés
  • Liste des salariés et du Conseil d’administration du Centre de développement communautaire
  • Remerciements

Photos

JPEG

Les photos de Selim Benaissa, qui illustrent le Cahier, sont tirées d’une exposition « Spiritu Makas - Réalités timoraises », disponible auprès du MCI :

Mouvement pour la coopération internationale
C/o Maison des Associations
15, rue des Savoises
CH-1205 GENÈVE
SUISSE


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits