LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Questions sur le développement aujourd’hui > Madagascar

24 avr. 09 : Communiqué du Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC)

DCLI relaye la diffusion de ce communiqué, élaboré par un collectif citoyen à Madagascar, dont fait partie Lily Razafimbelo, chercheuse et enseignante à Antananarivo et également membre de notre Conseil d’administration.


Communiqué du Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC)

24 avril 2009

Le Collectif des citoyens et des organisations citoyennes constitué d’associations de la société civile, de syndicats, d’ opérateurs économiques et de citoyens civils et militaires, conscients de la nécessité de se regrouper pour trouver une issue rapide à la crise actuelle, rappelle les principes qui guident son action :

  • la neutralité et l’indépendance ;
  • la recherche d’une sortie de crise négociée et non par la force, _ et
  • la gestion consensuelle de la transition.

Le CCOC condamne les actes de violence et de répression de ces derniers jours à Antananarivo, et rappelle ses précédents communiqués sur l’usage des armes et la proportionnalité de la riposte. (cf : texte de la Convention internationale des Nations unies).

Le CCOC appelle tout un chacun à faire preuve d’humanité et de civisme, et rappelle le devoir de porter assistance à toute personne en danger. De même, il est urgent d’arrêter toutes les formes d’incitation à la haine.

Le CCOC rappelle aux travailleurs des médias la nécessité d’un traitement honnête de l’information, de se conformer à leur code de déontologie et aux principes énoncés dans les cahiers des charges.

Encore une fois, le CCOC en appelle au sens de la responsabilité et au civisme des médias pour contribuer à instaurer un climat d’apaisement.

La situation actuelle véhicule déjà les germes de la guerre civile : affrontements entre civils, destruction physique de biens et infrastructures, justice expéditive, arrestations arbitraires et violation flagrante des droits humains, dislocation du tissu familial.

La crise politique tient l’économie en otage. Les impacts désastreux de la situation mènent inexorablement notre pays vers le chaos total.

Les responsables politiques se doivent de faire preuve d’humilité et de tolérance, et appeler leurs partisans à la retenue afin de briser la spirale de la violence.

L’instauration d’une trêve réelle est le gage du retour à un climat de sérénité, nécessaire à toute la population.

Le CCOC exhorte les mouvances politiques à la reprise des négociations qui devraient aboutir à un accord et mener à une gestion consensuelle apaisée de la transition. Pour cela, il les encourage à mûrir leurs positions et à faire les concessions pertinentes nécessaires, en démontrant de l’empathie et de l’humilité, au nom de l’intérêt supérieur de la Nation.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits