LOGO -DCLI - Centre International Lebret-Irfed

Accueil du site > Documents

Pour une nouvelle bataille du développement

N° 362 avril 2008

par Paul Caspersz(1)


Éditorial

par Richard Werly

Salvatrices utopies - N’est-il pas trop tard pour corriger le tir du développement mondial, à l’heure où le géant « émergent » chinois emprunte à marche forcée le chemin de la croissance économique à tout prix ? Le texte que nous vous proposons dit non. Un non triplement justifié selon Paul Caspersz, jésuite du Sri Lanka : non car focaliser sur le profit est une négation de l’homme et de sa communauté, non car le matérialisme exacerbé ne pourra jamais remplacer ce pivot social qu’est la spiritualité, non car une consommation effrénée des ressources naturelles met en péril notre propre survie. Ce triple non est utopique. Et c’est sa force. Comme l’auteur l’affirme d’emblée, une réflexion juste sur le développement exige de s’affranchir de la « caste » des spécialistes, technocrates, banquiers et autres hauts fonctionnaires, et d’oser penser autrement. Sa référence, bien sûr, est la pensée du Mahatma Gandhi. Mais la force de cette contribution est qu’elle donne, outre à réfléchir, des pistes à étudier, telles ces initiatives locales prises au Sri Lanka pour combattre la faim ou disséminer l’éducation à la base, dans les villages et les communautés paysannes. Ce triple non est aussi salvateur. Car nous voyons, tous les jours ou presque, réapparaître des fléaux dont la croissance économique était supposée venir à bout. Je pense à la menace que fait peser, sur l’alimentation mondiale, l’envolée des prix des denrées. Je pense à l’insécurité climatique qui pèse au dessus des têtes de millions d’individus dans les zones inondables des deltas ou des îles, au Bangladesh, aux Maldives, dans l’océan Pacifique. Ces menaces montrent bien que l’humanité est déjà en train de détruire une partie d’elle-même. Or même si les chiffres fournissent toujours des excuses et des nuances aux experts ès développement, ce sacrifice des uns pour la prospérité des autres est, bel et bien, un début de négation de l’homme.

Pour vous procurer l’article " Pour une nouvelle bataille du développement ", vous pouvez nous contacter. (Prix de vente au numéro : 4 € ou 7 CHF ou 7 US$, frais de port compris. Abonnement annuel, 10 N°s/an : 38 €, ou 60 CHF, ou 60 US $).

Notes

[1] - Paul Caspersz est jésuite sri-lankais, cofondateur du Satyodaya Centre for Social Research and Encounter à Kandy (www.satyodaya.org). Il a 82 ans. Cet article est une version réduite d’un chapitre de son dernier livre A New Culture for a New Society : Selected Writings 1945-2005, Satyodaya, décembre 2005.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | Mentions légales | Crédits